De sang-froid – Truman Capote

tcapote

Folio, 1972

« Ils sont venus armés d’un fusil et d’un poignard. Ils sont venus pour voler et pour tuer… »  (p. 451)

1959. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, le petit village de Holcomb, dans le Kansas, est secoué par un quadruple meurtre. Mr Clutter, sa femme, sa fille Nancy et son fils Kenyon sont sauvagement assassinés pour un maigre butin final de 40 dollars.

Ce fait divers a inspiré à Truman Capote « De sang-froid », non-fiction novel reconstituant l’affaire de A à Z. Méthodiquement, l’auteur présente dans un premier temps les victimes ainsi que les meurtriers, Dick Hickock et Perry Smith. Il revient ensuite sur le crime lui-même avant de relater la cavale des assassins pendant le déroulement de l’enquête. Le roman s’achève par la restitution du procès et l’application des peines.

La narration est stoïque, presque froide, comme en écho à l’attitude des deux meurtriers qui ont prémédité leur geste. Truman Capote prend le temps de relater avec une grande précision chaque élément de l’affaire Clutter. Cette exhaustivité s’explique par le principe même du livre, qui se veut une restitution d’événements réels, et par le travail approfondi de recherche qu’a réalisé Truman Capote.  Il s’est installé dans le village de Holcomb, a rencontré un maximum de contemporains de l’affaire, les enquêteurs et aussi les deux meurtriers. Il a véritablement mené sa propre enquête.

En effectuant quelques recherches j’ai découvert que l’auteur ne s’était jamais remis de l’écriture de ce livre. Didier Decoin s’interroge notamment sur la relation entre Truman Capote et Perry Smith : « attirance homosexuelle, compassion extrême, attraction perverse ? » (http://www.telerama.fr/livre/truman-capote-et-les-mordus-de-sang-froid,118604.php)

« De sang-froid » est pour moi un livre coup de coeur car bien parti pour être ma lecture la plus marquante de l’année 2016. C’est un grand livre écrit avec la sobriété nécessaire au sujet. L’auteur revient sur le sordide mais sans tomber dans le gore. C’est glaçant mais captivant.

Comme le souligne l’article de Télérama cité plus haut, le genre choisi par Truman Capote, celui de la non-fiction novel, a notamment influencé Emmanuel Carrère pour « L’adversaire », Régis Jauffret pour « Claustria » et Didier Decoin pour « Est-ce ainsi que les femmes meurent ? ».

coeur copie

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “De sang-froid – Truman Capote

  1. Il est dans ma pal, j’ai hâte de le lire ! J’apprécie beaucoup la non fiction, parfois plus captivante que le genre romanesque malgré son approche très réelle et froide. En tout cas, belle chronique et merci pour le lien telerama 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s