Les Suprêmes – Edward Kelsey Moore

les supremes

Odette, Clarice et Barbara Jean vivent dans l’Indiana et sont amies depuis leur adolescence, dans les années 60. Elles sont toutes les trois assez différentes de par leur enfance et leurs caractères. Les Eglises qu’elles fréquentent révèlent d’ailleurs leurs différences :

Dans mon église, la Holy Family Baptist, la seule règle d’or était que chacun soit bon pour son prochain. Les fidèles de la Calvary Baptist trouvaient ce précepte bien trop simpliste, et grimpaient aux rideaux à l’idée que l’on ne punisse pas plus sévèrement les pêcheurs et leurs péchés. Ils étaient tout aussi dégoûtés par la First Baptist – l’église de Barbara Jean-, dont les membres prouvaient leur dévotion à Dieu en participant à des actions caritatives et en se mettant chaque dimanche sur leur trente et un, comme s’ils défilaient sur un podium. On disait pour plaisanter que la Holy Family répandait la bonne parole, la Calvary Baptist la mauvaise, et la First Baptist la dernière mode. (p.42)

Ce qui aurait pu les séparer n’a pas entaché leur amitié. Elles ne ratent jamais leur rendez-vous dominical au restaurant « Chez Earl », à la sortie de la messe. Elles sont toujours là l’une pour l’autre et leur maris respectifs ont dû accepter de partager leur femme  avec chacune des autres « Suprêmes ». Embarqué aux côtés d’Odette, qui dit toujours ce qu’elle pense, de Clarice, dont la conduite est sans cesse dictée par la rigueur et de Barbara Jean, une femme très belle mais très abîmée par la vie, le lecteur suit leurs aventures tantôt truculentes, tantôt tragiques.

Les personnages créés par Edward Kelsey Moore sont relativement caricaturaux mais attachants car très humains. Ils vivent beaucoup de très beaux moments mais la vie ne les épargne pas pour autant. Ils doivent affronter le racisme, la mort et supporter le poids de la morale, très présente dans leur milieu.

Ce roman est malgré tout souvent décalé et parfois exagéré. C’est ce qui fait sa légèreté. L’auteur prévoit de lui donner une suite. Pourquoi pas…

Publicités

6 réflexions sur “Les Suprêmes – Edward Kelsey Moore

    • Ce sont surtout certaines situations qui sont un peu décalées, voire un peu exagérées. Dans le climat de morosité que l’on connaît depuis quelques temps ça m’a fait du bien de lire un auteur qui n’hésite pas à en rajouter…
      Alors j’attends ton avis… ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s