Un billet, trois BD

Pour commencer ce billet consacré aux BD que j’ai lues récemment, un roman graphique de Scott McCloud.

le sculpteur
©Rue de Sèvres, 2015

Un jeune sculpteur, David, connaît l’échec après un succès obtenu très jeune et un peu prématurément. Maintenant il semble ne plus rien représenter dans l’univers fermé de la sculpture new-yorkaise. Son oncle décédé il y a des années et réincarné en une sorte de dieu lui rend visite et lui offre la possibilité de sculpter tout ce qu’il veut, sans limite à son talent, en échange de sa vie. David accepte : il ne lui reste plus que 200 jours à vivre.

Devant l’enthousiasme du libraire j’ai eu le sentiment qu’il ne fallait pas que je passe à côté de ce roman graphique. Finalement, j’ai peu apprécié ma lecture. J’ai peiné à entrer dans la vie du héros dépressif et l’ambiance générale de la BD, toute de bleu et noir illustrée, ne m’a pas aidée. Je suis quand même allée au bout, espérant une fin qui rattraperait le tout, mais c’est vraiment de marbre que j’ai refermé ce livre.

Heureusement, je me suis rattrapée avec l’adaptation du roman de Jean Teulé, « Le magasin des suicides ». Scénarisé par Olivier Ka et illustré par Domitille Collardey.

magasin suicides
©Delcourt, 2012

La famille Tuvache se transmet de génération en génération sa boutique du suicide : cordes, sabres, bonbons empoisonnés, armes à feu… vous trouverez tout chez les Tuvache pour mettre fin à vos jours ! L’affaire est prospère mais ses propriétaires n’ont pas la vie facile : leur petit dernier, Alan, écoute des musiques joyeuses, sourit et aime la vie…

Je n’ai pas lu le roman, je ne peux donc pas juger de la pertinence de l’adaptation. Cependant, j’ai vraiment aimé les illustrations de Domitille Collardey. Les aplats de marron collent parfaitement à l’univers du magasin, tout juste égayé par la couleur apportée par Alan.

J’ai uniquement regretté certaines transitions un peu rapides. On sent qu’il a fallu faire rentrer un roman dans une BD.

Dans un autre genre, « Le peuple des endormis », de Frédéric Richaud et Tronchet.

XVIIème siècle. Jean, un jeune apprenti taxidermiste, va devoir quitter son petit monde de naturaliste pour se frotter à la réalité de la Cour. Les ambitions de son protecteur, le marquis de Dunan, vont le mener au Sénégal, et cette expérience va marquer sa vie à jamais.

Les dessins de Tronchet sont toujours particuliers mais j’ai vraiment aimé la représentation du marquis. L’histoire en elle-même est originale et les rebondissements assez nombreux pour captiver le lecteur. J’ai juste regretté quelques petites longueurs.

Publicités

14 réflexions sur “Un billet, trois BD

  1. Je vais voir si la bd le magasin des suicides est à la médiathèque. J’ai lu le roman et vu le film, alors voilà une occasion de poursuivre la découverte 🙂

  2. J’avais lu la BD Le Magasin des suicides et niveau graphisme j’avais bien aimé également les choix de l’illustratrice. N’ayant pas tellement apprécié le roman, je partais avec par mal de préjugés mais malgré tout, j’ai bien mieux apprécié la BD. Le Sculpteur je l’avais vu en librairie mais il ne m’avait pas tellement attiré : tant mieux apparemment ^^

  3. Ping : Le magasin des suicides – Domitille Collardey et Olivier Ka | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s