Anna Karénine – Tolstoï

karenine
©Gallimard, 2013

Cet été aura été propice à la lecture du long roman « Anna Karénine » de Léon Tolstoï.

Mon intention n’est pas, par ce billet, de le résumer dans le détail et encore moins de m’aventurer dans une analyse littéraire de l’oeuvre. Il en va de ce roman comme de chaque titre commenté sur mon blog : je souhaite simplement exprimer mon ressenti.

Alors, que dire ?

Je viens de passer 42 jours avec les nombreux personnages inventés par Tolstoï. J’ai envisagé de dresser un arbre généalogique car chacun est lié à au moins l’un des autres protagonistes du roman, mais la tâche s’est avérée ardue. Outre leurs liens de parenté, tous ont en commun d’appartenir à la haute société russe du XIXème siècle : membres de la noblesse, élite intellectuelle, riches propriétaires terriens…

Il convient bien-sûr de présenter celle qui a donné son nom au roman : Anna Karénine. C’est une femme belle et d’un charme qui touche les hommes comme les femmes. Elle est mariée à Alexis Alexandrovitch mais elle ne l’aime pas. Elle fait la rencontre du conte Vronski et, malgré toute sa volonté, ne parvient pas à lui résister. Elle abandonne tout pour lui : son fils Serge, sa maison et sa place dans la riche société pétersbourgeoise. La vie commune va alors bien-sûr impacter leur passion et profondément les transformer.

Je ne souhaite pas en dire davantage sur l’histoire d’Anne et Vronski qui ne peut émouvoir que si elle est découverte à travers les mots de Tolstoï.

Bien que le roman porte le nom de cette héroïne elle n’est pas selon moi l’unique personnage important de l’histoire. Chaque protagoniste compte : Alexis Alexandrovitch, Dolly et Stépane Arcadiévitch, les Lévine… (l’auteur prête d’ailleurs ses propres interrogations à Dmitri Lévine). Tous sont liés par des liens familiaux : soeurs, beaux-frères et belles-soeurs… et se côtoient dans les cercles moscovites et pétersbourgeois. A travers leurs relations, leur besoin de représentation et leurs préoccupations, Tolstoï dresse un portrait critique de la noblesse : chacun ne semble exister que par la place qu’il occupe dans les salons et par le prestige de ses hôtes et de ses invités. L’honneur repose sur la richesse pécuniaire et la capacité à avoir un avis sur tout et sur tout le monde.

Tolstoï plonge vraiment le lecteur au coeur de l’histoire et lui donne le sentiment de côtoyer les personnages. En dépit de quelques longueurs j’ai réellement aimé ce roman. J’aurais voulu avoir le talent d’écrire un livre comme celui-ci…

Publicités

16 réflexions sur “Anna Karénine – Tolstoï

  1. J’ai adoré le livre aussi 🙂 Ma première lecture s’est surtout concentrée autour de Lévine/Kitty je le relirai volontiers en m’intéressant à d’autres personnages ou pans ! J’adOre j’adOre j’adOre 🙂

    • C’est vrai que le personnage de Lévine est très touchant et pour moi inattendu car je pensais que toute l’histoire se concentrait sur Anna Karénine. J’aime l’histoire de cet homme qui partait un peu perdant mais qui au final par son humilité et sa droiture finit par avoir une vie enviable.

  2. Je l’ai aussi lu en été, sur un plage égyptienne, ça faisait un beau contraste avec le roman! Il est effectivement parfois un peu longuet, mais la construction des personnages est magnifique!

    • Effectivement, l’ambiance russe était en décalage avec ton contexte de lecture ! Ce que j’ai moi aussi préféré dans ce roman c’est la construction des personnages, leur humanité (leurs désirs, leurs déceptions, leurs basses, parfois).

  3. Certainement un de mes classiques préférés. Personnellement, je suis très attachée aux conditions de vie de la campagne que Tolstoï décrit si bien.

  4. Je souris quand tu parles d’arbre généalogique car j’ai souvent moi aussi beaucoup de mal à me souvenir de qui est qui par rapport à qui. C’est d’autant plus difficile avec la littérature russe car les personnages sont appelés de différentes façon selon les coutumes du pays.

    Je l’ai lu l’an dernier… ce genre de livre demande un peu plus de concentration (et de temps) que d’habitude mais ça fait également beaucoup de bien.

    • C’est vrai que ça demande du temps, je n’ai lu que lui cet été ! On ne peut pas dire que l’on tourne les pages à toute allure mais c’est tellement bien écrit et construit avec précision…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s