Vous prendrez bien un peu de polar anglais ?

wilkie-collins-la-dame-en-blancNous sommes en Angleterre, vers 1848. Walter Hartright est professeur de dessin. Il vient d’être recruté pour enseigner son art durant plusieurs mois à deux soeurs vivant sur le domaine de Limmeridge House. Il va ainsi faire la connaissance de deux jeunes femmes dont l’une, Laura, va éveiller chez lui un amour sincère et profond. Malheureusement, elle est déjà promise en mariage à un homme riche mais au caractère étrange et changeant : Sir Percival.

Outre l’amour interdit, le séjour de Walter à Limmeridge House va être marqué par un mystère persistant : qui est cette jeune femme toujours vêtue de blanc, un peu simple d’esprit et qui ressemble tant à Laura ?

Walter n’a pas le temps de percer le secret car il lui est ordonné de quitter Limmeridge House avant la fin de son contrat. Dans les mois qui suivent, Laura connaît une vie horrible avec son mari, jusqu’à en être déshonorée.

Mais Walter et Laura vont se retrouver et Walter va tout faire pour rétablir la vérité et l’honneur de Laura…

Ce roman est très difficile à résumer. Je ne vous ai dévoilé qu’une partie de l’intrigue… Ce ne sont pas trois protagonistes qui font l’histoire, mais une multitude de personnages. Plusieurs d’entre eux prennent même la plume pour livrer leur témoignage sur les événements, faisant ainsi de ce roman un roman à plusieurs voix.

Wilkie Collins a pensé à tout. Rien n’est laissé au hasard dans ce roman, il n’y a pas de menu détail. L’intrigue est extrêmement bien ficelée. Le tout est servi par une écriture, ou du moins par une traduction, délectable.

Ce roman a été écrit en 1860 et est présenté comme un roman policier. Selon moi, il s’agit d’un polar dans la mesure où un mystère perdure tout au long de l’histoire et seule une enquête minutieuse permet de l’éclaircir. Cependant, les amateurs de romans policiers contemporains risquent de s’ennuyer un peu en lisant « La dame en blanc ». Ce polar est vraiment marqué par l’époque à laquelle il a été écrit : les personnages font montre d’une certaine préciosité, et l’action ne se met pas tout de suite en place. L’auteur prend le temps de nous faire connaître ses personnages et de les situer dans leur rang social. La représentation de la société de l’époque, et surtout de l’aristocratie, occupe une place importante dans la narration. Mais c’est aussi, selon moi, ce qui fait le talent de l’auteur : au cours de la lecture, on peut parfois oublier que l’on est en train de lire un polar, jusqu’à ce que l’auteur nous en remette de nouveau plein la vue avec des mensonges et machinations plus tordus les uns que les autres…

En quelques mots, « La dame en blanc » est un roman policier qui se savoure, qu’il ne faut pas chercher à lire vite. Mais si vous prenez le temps de prêter attention à chaque passage que vous lisez, vous ne serez pas déçu(e)…

C’est le hasard qui m’a poussée à lire ce roman, et j’ai constaté par la suite qu’il rentre dans le cadre du challenge proposé par Bianca

challenge 1

Publicités

9 réflexions sur “Vous prendrez bien un peu de polar anglais ?

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman quand je l’ai lu, en revanche les ficelles utilisées pour l’intrigues m’ont parfois parues un peu vieillotes.

  2. Pas encore lu. Je devais le faire cet été et il est passé en dessous de la pile. J’essaierai de prendre le temps de le lire cet hiver.

  3. Pas encore lu mais je l’ai dans ma PAL, j’espère être séduite autant que toi et je suis ravie que grâce au challenge tu ai fait une belle découverte 🙂

  4. Ping : Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 1er bilan | des livres, des livres !

  5. Ping : Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 2e bilan | des livres, des livres !

  6. J’ai été attiré par son titre (qui me rappelais la légende de la dame blanche. Je savais qu’il fallait que je reparte avec.
    J’ai un peu peur de m’ennuyer au début, mais j’en entends tellement de bien qu’il faudra que je persévère.
    Belle soirée.

    • Il faut effectivement un peu de temps pour rentrer dans l’histoire et s’habituer au style bien éloigné des polars actuels dans lesquels tout va vite. Mais j’en garde un bon souvenir. Belle lecture !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s