Une fin qui rattrape tout

marcusDans ce récit paru en 2007, l’auteure se remémore avec une grande nostalgie son enfance dans les années 60, près de Lorient. Elle raconte au lecteur sa vie avec ses parents, sa grand-mère et ses deux frères. La maison familiale, leur vie quotidienne, l’arrivée du frigo et de la TV, les premières vacances… sont autant de souvenirs d’une enfance heureuse.

Anne Marcus livre un récit sans prétention, si ce n’est celle de prendre plaisir à l’écriture et au partage de ses souvenirs. Sa jubilation transparaît dans le texte.

En revanche, c’est un livre qui m’a régulièrement agacée… J’ai souvent mentalement reproché à l’auteure d’idéaliser les années 60 et d’avoir une vision déformée par son regard d’enfant. Le recours à la comparaison avec les années actuelles n’est pas toujours bienvenu, comme dans cet extrait :

« Avant de passer commande, mes parents ont d’abord économisé l’argent [du frigidaire]. C’était l’habitude que de mettre de côté […]. Avant que les banques ne jettent à la tête du monde la tentation du crédit, tout le monde pratiquait de la sorte et personne ne s’en plaignait ».

Dans ce passage l’auteur a selon moi fait preuve de  maladresse car ce que je lis entre les lignes, c’est : ‘aujourd’hui les jeunes ne veulent plus attendre, ils préfèrent faire des crédits’. Or, elle rappelle elle-même un peu plus loin que dans les années 60 les salaires étaient en constante augmentation, ce qui n’est plus le cas.

J’ai donc souvent été dérangée par ces comparaisons entre ce qui n’est pas comparable…

Heureusement, la fin du récit rattrape quelques-unes de ces maladresses puisque l’auteure souligne que les enfants d’aujourd’hui seront eux aussi nostalgiques de leur enfance et donc de l’époque actuelle. Elle semble admettre à demi-mots sa subjectivité.

Enfin, la dernière phrase révèle la véritable nature du récit : plus qu’un hymne aux années 60, c’est un hommage à ses parents, et surtout à sa mère, qui ont su offrir à leur fille une enfance heureuse qui a marqué sa conception de la vie.

Publicités

2 réflexions sur “Une fin qui rattrape tout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s