Ma première lecture estivale

Et voilà ! Les vacances sont finies… Je suis de retour et prête à vous livrer dans les jours à venir les billets de mes lectures estivales. Je procéderai par ordre chronologique, d’où le titre de ce billet.

Avant de vous donner mes impressions sur « Virgin Suicides » de Jeffrey Eugenides, je tiens à faire un petit clin d’oeil à Alison Mossharty qui m’a vivement invitée à lire ce roman…

Virgin suicides

« Virgin Suicides » se déroule dans les années 70 dans une ville de banlieue des Etats-Unis et a pour trame de fond les suicides des cinq soeurs Lisbon. Cecilia est la première a mettre fin à ses jours, et son acte si difficile à accepter et comprendre fait basculer la famille entière dans une décrépitude et une apathie profondes. Environ un an plus tard ses soeurs aussi se suicident. Est-ce la conséquence de la mort de Cécilia ? Les jeunes filles ont-elles conclu une sorte de pacte ? Aucune réponse n’est apportée à cette question.

Le récit de ces suicides nous est livré à travers le regard de jeunes voisins de la famille. Ces adolescents sont comme fascinés par ces jeunes filles interdites et inaccessibles, qui n’en sont que plus désirables. Rapidement, cette fascination pour la famille Lisbon atteint aussi les adultes…

Bien sûr, une foule de témoignages sur le suicide de Cécilia et la situation familiale des Lisbon parcourt le quartier. Chacun y va de son petit commentaire et il est difficile de démêler le vrai du faux. En cela, un miroir nous est tendu par l’auteur : comment réagirions-nous face une telle situation ?

« Virgin Suicides » n’est pas un roman sur le suicide. C’est avant tout un roman sur la complexité humaine, sur l’ambiguité de nos sentiments et réactions.

Je le considère également comme un hymne à la jeunesse et à la femme. Il faut lire certaines descriptions qui sont faites des jeunes filles par leurs voisins ! Même ce qui peut être considéré comme un défaut physique est ici transcendé par l’admiration : « […] le léger duvet blond sur sa lèvre supérieure était comme du plumage. Ses yeux brillaient, brûlaient, absorbés par sa mission comme seule pouvait l’être une créature qui n’avait aucun doute soit sur la magnificence soit sur l’insignifiance de la Création ».

Il y a quelques mois de cela je découvrais Eugenides grâce à « Middlesex ». Je me félicite de cette découverte ! J’ai été tout autant happée par son écriture lors de ma lecture de « Virgin Suicides ». J’ai conscience que c’est un livre qui peut mettre mal à l’aise, mais personnellement il m’a littéralement accrochée !

J’ai vu il y a quelques années le film tiré du roman. D’après mes souvenirs il est assez fidèle au livre dans la mesure où il a suscité chez moi les mêmes ressentis. Et la musique composée par Air est extrêmement pertinente ! Je crois qu’elle n’aurait pas pu être autre…

 

« Virgin Suicides » de Jeffrey Eugenides. Points, 2010. 253 p. 

Publicités

4 réflexions sur “Ma première lecture estivale

    • Et moi j’ai hâte d’avoir ton avis… L’univers d’Eugenides est particulier, quand même. Et bienvenue sur mon blog ! Je vais passer faire un tour chez toi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s