Elle l’a dit, elle est Médée…

Le 20 avril dernier, Sophie a lancé sur son blog le challenge Médée. Y participant, j’ai lu aujourd’hui la tragédie de Sénèque (né en -4 avt J-C. et mort en 65 ap. J-C.).

Cette pièce s’ouvre sur un monologue de Médée qui en appelle à divers dieux et s’exhorte elle-même à se venger. La première scène nous amène donc vers la fin du mythe et expose la situation dans laquelle se trouve la protagoniste. Les faits qui ont précédé seront rappelés dans le coeur de la pièce, à travers les propos des différents personnages qui reviennent sur les crimes commis par Médée.

Dans sa version du mythe, Marie Goudot ne relatait les faits qu’à travers le regard de Médée. Chez Sénèque la parole est également donnée à Jason et à Créon, ce qui permet d’introduire deux points de vue non pas plus objectifs, mais différents de celui de Médée… En revanche les choeurs, qui figurent bien-sûr dans cette tragédie, apportent un peu d’objectivité à travers leur tentative de raisonner Médée.

Médée reste sourde à tout raisonnement, que ce soit celui des choeurs ou celui de la nourrice… Elle est assoiffée de justice comme le révèlent ses propos adressés à Créon : « Avant de juger d’une affaire/Il faut écouter aussi l’autre partie/Ton verdict est peut-être juste/Mais le procès n’a pas été correct » (p. 29). Elle considère n’être pas la seule coupable car ses crimes ne lui ont pas rapporté à elle, mais à son mari Jason.

Toute la pièce de Sénèque retrace l’enfermement de Médée dans sa propre logique .

Malgré ses tentatives de justification, en tant que lecteur/spectateur il est difficile de ne pas voir Médée comme une folle, déesse de sa vengeance. C’est une femme intelligente, on ne peut pas la considérer comme une victime de la « Fortune », c’est elle qui a pris la décision à chaque crime commis…

Sophie a également lu cette version du mythe de Médée, et comme elle l’écrit sur son blog, le texte de Sénèque comporte beaucoup de références. C’est un texte puissant, qui révèle la force de chacun des personnages.

Bien qu’il soit ancien, ce texte a gardé toute son efficacité. La Médée de Sénèque a provoqué chez moi autant d’effroi que peut le faire un bon thriller ! Je pense qu’il se transmet mieux à l’oral, il faut prendre le temps d’écouter son rythme.

« Médée », in « Théâtre complet ». Sénèque. Ed. de l’Imprimerie Nationale.

médée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s