Une belle performance…

domeLa performance de Stephen King n’a cette fois-ci pas consisté à me tenir en haleine de la première à la dernière page, hélas… J’ai arrêté avant la fin.

Les habitants de la petite ville de Chester’s Mill se retrouvent prisonniers, coupés du reste du monde par un dôme recouvrant toute la ville. Peu à peu, la vie va devenir de plus en plus insupportable : les réactions de chacun sont exacerbées, les morts s’accumulent, les habitants vivent sous l’emprise d’un conseiller municipal tyrannique et paranoïaque… Jusqu’au dénouement final (que j’ai trouvé sur internet, étant donné que je n’ai pas terminé le livre) digne d’un gros nanar…

Je n’ai même pas trouvé particulièrement intéressant d’assister ici à la déchéance que peut connaître une société opprimée, physiquement et moralement…

Tout ça dans un pavé de 1100 pages…

Dôme. Stephen King. Paru en deux tomes chez Albin Michel. 1194 p. au total

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s